Les habitants de Cachy, dans la Somme, ont conservé le surnom collectif de « chés adoreux d’teupes » : les adorateurs de taupes !

Le conte qui veut expliquer ce blason populaire est connu pour d’autres lieux, comme à Nibas, dans le Vimeu ; mais il vaut ici d’être résumé.

Un jour à Cachy, le « fossier » du village fut appelé pour creuser une nouvelle tombe. Il récupéra alors, par-ci par-là comme c’était souvent le cas, quelques ossements, dont un crâne, qu’il laissa en attendant sur le bord de la fosse.

Et soudain, le crâne bougea !

Le lendemain, lors de l’enterrement du défunt, la veuve remarqua la présence de ces os et constata que le crâne bougeait…

Alors les femmes crièrent au miracle, et toutes affaires cessantes, le bedeau rapporta religieusement le crâne qu’il posa sur le maître-autel de l’église voisine, comme une sainte relique. Les paroissiens suivirent « ch’bédeu » et s’agenouillèrent en priant. Le crâne sauta une deuxième fois ; le miracle n’en fut que plus beau. Soudain, après un troisième saut, le crâne tomba sur le pavement, roula sur les marches et s’arrêta aux pieds du bedeau. La tête de mort, fendue, laissa alors s’échapper… une taupe qui provoqua la fuite des adorateurs.

Dans tous les villages alentours, pour se moquer des habitants de Cachy, on dit que jamais on n’aurait cru qu’une si petite bête pût en épouvanter tant de si grosses.